Candidature a la G.M. d'Alain JUILLET

Publié le par Rabelais

Le président de l'ULRF, candidat à la GM 

 

Alain Juillet sera le candidat de l'Union des Loges Régulières Françaises lors de la prochaine élection du 30 mars : lettre d'Alain Juillet

Cette candidature s’impose, dans le contexte nouveau, consécutif à la non-ratification de François Stifani lors de l’Assemblée Générale du 4 février dernier.    

En effet, l’ULRF a toujours affirmé que le combat se poursuivrait à l’intérieur de la GLNF et à l’extérieur de celle-ci, comme en témoigne le  Manifeste et la Déclaration de Principes de la Nouvelle Grande Loge. Le conseil d’Administration de l’ULRF lui a donc demandé de présenter sa candidature, afin qu’il n’y ait pas que des candidats conservateurs à cette élection.

 Alain Juillet défendra donc le projet de réforme que nous préconisons pour la Franc-maçonnerie Régulière en France.

Loges souveraines, Maisons de Rites respectant les spécificités de chacun d’entre eux, obédience allégée au maximum, avec un Grand Maître issu du vote des Loges, remises au centre du projet maçonnique.

Si dans le cadre de l’élection qui se prépare, Alain Juillet était élu, il s’engage à effectuer un mandat limité à une année, le temps nécessaire à la mise en place de cette réforme.

En cas de défaite, la nouvelle Grande Loge continuerait à accueillir les suspendus, radiés, et déçus de la GLNF, comme elle commencera à le faire dès le 1er mars, date d’ouverture de la matricule.

Elle ouvrirait naturellement sa porte à tous ceux qui ne veulent pas d’une GLNF bis, laquelle ne pourrait que sombrer à nouveau dans le chaos de l’affrontement des factions, des égos, après une réforme molle, comme celle que proposent tous les autres candidats. François Stifani ne fut jamais que le profiteur d’un système dangereux qui doit être profondément transformé.

L’ULRF sera ainsi fidèle à elle-même. Nous avons travaillé depuis des mois au contact des Frères, et son projet -dans la continuité des Assises de Montreuil et du Livre Blanc, puis des Conventions Régionales et de la Convention Nationale du 28 janvier-  propose la solution alternative à même de construire un avenir serein pour la Franc-maçonnerie régulière que nous voulons.

C’est donc à un choix fort que nous convions les Frères avec la candidature d’Alain Juillet.

Lettre de candidature d'A.JUILLET

le 25 février 2012                                                                                                   

Boulogne, le 25 février 2012

 

 

                                                          

 

                                                           Mes Frères,

 

 

En dépit des manœuvres en tous genres imaginées pour la cacher, la déroute de François Stifani lors de l’assemblée du 4 février a donné le signal du changement. La reprise en mains de l’Obédience par Maitre Legrand, que nous avions été les seuls à annoncer, s’est concrétisée par un communiqué informant qu’elle avait dorénavant les pleins pouvoirs pour faire élire un nouveau Grand Maitre.

 

Le Comité des membres de droit va se réunir avant fin mars pour désigner par un scrutin à deux tours  le candidat qui devra être confirmé par une AG avant fin juin. Les Frères et les Loges sanctionnés depuis le 21 janvier 2011 devraient pouvoir être réintégrés et participer aux scrutins qui les concernent.

 

Ainsi le combat mené avec courage par toutes les composantes de l’ULRF depuis plus de deux années, rappelé par notre récente lettre aux Loges américaines, est susceptible d’aboutir. Notre combat s’inscrit dorénavant dans un  processus électoral où il n’y aura qu’un gagnant. Pour vaincre, il nous faut dépasser nos querelles intestines et nos intérêts particuliers en nous mobilisant massivement pour défendre nos valeurs.

 

Des candidats, murés jusqu’ici dans un silence complice, que nous n’avions guère vus dans les batailles juridiques et les combats quotidiens, en dehors de grandes déclarations d’intention, prétendent aujourd’hui à la Grande Maîtrise de la GLNF pour  les 3 à 5 ans à venir. 

 

Ils devraient s’interroger sur la position de leurs futurs électeurs face au choix d’un quatrième Frère de la Côte. Ils devraient aussi se demander ce que peuvent penser les Frères de la candidature d’un proche de ce chef totalement désavoué tant en France que dans le monde.

 

Par ailleurs, ils devraient prendre conscience du niveau de compétence exigé par les Frères, de  l’expérience et de la force de caractère requis pour mener à bien les réformes structurelles qui s’imposent dans un environnement traumatisé.

 

Pour ma part, j’ai toujours défendu  la nécessité d’une Grande Maitrise transitoire d’une durée limitée à UN an, afin de remettre la GLNF sur la voie de la régularité. Sachant d’où nous venons et face à la situation présente il nous faut continuer l’action entreprise de rénovation dans le respect de la tradition en chassant les fossoyeurs du temple.

 

A la demande de nombreux Frères, je considère comme un devoir de me porter candidat à cette fonction dont je mesure la difficulté et l’ampleur des tâches qui m’attendent.

 

La question n’est pas de revenir aux statuts de 1986, qui étaient en contradiction avec la loi sur les associations, mais de réécrire les constitutions et le règlement intérieur pour mieux répondre aux attentes des Frères et à l’évolution de notre environnement après un audit approfondi de l’ensemble de la structure.

 

Pour atteindre cet objectif vital, je m’appuierai sur les travaux et études réalisés par l’ULRF. Ils seront l’ossature du programme et du plan d’action que je vous commenterai prochainement pour que vous puissiez affirmer votre vote en toute connaissance de cause.  

 

Mon intention est de retrouver notre fraternité initiatique en évitant la chasse aux sorcières et les épurations. Seuls devront subir les rigueurs de la Loi ceux qui ont commis des actes délictueux ou contraires à l’éthique.

 

J’entends également restaurer notre image et retrouver la reconnaissance internationale.

 

A l’issue de ma mission de transition d’un an pour laquelle mes connaissances maçonniques, mon expérience de chef d’entreprise et de gestionnaire de crise me seront très utiles, la GLNF disposera d’institutions lui permettant d’assurer sa pérennité et d’élire son Grand Maître. 

 

Mon projet est soutenu par beaucoup d’entre vous, comme vous pourrez le vérifier dans les prochains jours. Mais ne croyez pas que nous avons déjà gagné face à un adversaire implacable qui ne baisse jamais la garde.

 

Dans le cas où ma candidature n’aboutirait pas et où la GLNF resterait divisée, il doit être  clair pour tous que cela aurait pour conséquence immédiate notre départ vers la nouvelle Grande Loge dont l’assemblée constituante a été programmée au 31 mars.

 

Mais je vais tout entreprendre pour faire gagner nos idées.

Sachant que rien ne peut se faire sans votre aide,  je compte sur vous.

 

Bien fraternellement

 

 

Alain Juillet

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article