La vigilance nous a manqué

Publié le par Rabelais

 

La vigilance nous a manqué !

 

Dès 2006 lors de la conférence mondiale des Grandes Loges Régulières le ton était annoncé sous la houlette de J.C. F...........ER :

 

La politique, la mixité et les affaires nous étaient promis.

-La politique s’est invitée grâce à "l’Ex-G.M". FS. part ses interventions auprès du Président de la République.

- WAGRAM nous a transformés en agence immobilière sans parler des multiples sociétés profanes que la gouvernance actuelle a générées comme «  La Truelle » ou « volcania »

A quand la mixité ?

Après avoir déclaré devant la TV que la G.L.N.F. était une secte l’Ex-G.M. ne manquera pas de se précipité dans irrégularité tous azimuts. Voir  le site YOUTUBE :

http://www.youtube.com/watch?feature=player_detailpage&v=ORBIUSsHDY8

En témoigne le discours prémonitoire ou annonciateur prononcé par V.M. de Villard d’Honnecourt qui suit partout notre gourou préféré au cours de la conférence mondiale de 2006 a la quelle nous n’avons pas prêté attention tant elle s’est déroulée dans la discrétion et ignorance des FF.

 

            

 

 VIIIème conférence mondiale des grandes loges régulières

PARIS  2006 

Réflexion sur la Franc-Maçonnerie contemporaine


 EXTRAITS


LA FRANC-MAÇONNERIE

EST-ELLE LIBÉRÉE DE TOUS SES TABOUS ?

 

Voilà bien un sujet périlleux. Ambigu, en un mot malcommode. Encore faudrait-il s'entendre sur ce qu'est un tabou. Je vous ferai grâce d'une analyse, et sémantique et étymologique, du terme, de ce terme, pour en garder le sens communément admis, qui est tout simplement de désigner ce sur quoi on fait silence, par crainte, par pudeur, par interdit, ce dernier mot étant pris dans sa dimension sacrée. Savoir à peu près de quoi on parle est satisfaisant mais un peu court. L’affaire qui se présente est rude ; la première réflexion qui vient à l'esprit est que le tabou semble être le premier essai d'organisation de l'univers par l'homme, quelque chose comme le premier stade de la Loi.

Alors, ceci étant dit, est-il toujours souhaitable de se débarrasser de ses tabous comme d'un insupportable fardeau '? Réponse malaisée !

Mais au fait, que sont-ils ces tabous présumés Francs-maçons ?

Tabou politique : s'il en est un qui est avéré, c'est bien celui là, puisque nous nous interdisons, dans nos règles même, d'en débattre. Et en plus, cela me semble être un excellent essai, sinon pour harmoniser le chaos. Du moins pour ne pas l'amplifier.

Est-ce donc à dire que le Maçon doit se retirer sur l'Aventin en regardant dédaigneusement cette arène infernale où tous les coups sont permis et où la fin justifie les moyens, tel un Ponce Pilate ne voulant pas se salir les mains. Si c'était vrai ce ne serait, au mieux qu'hypocrisie. Au pire trahison. Non. Le Maçon est dans le monde et se doit au monde, dans le monde politique comme dans les autres. Il ne peut se désintéresser de la violence qui balaye la planète, de la pauvreté qui la mine, de la corruption qui la gangrène.

........................................................................

Tabou religieux : la Maçonnerie n'est pas une religion..............C'est bien cela qui fait venir à la GLNF chaque année 3000 Frères nouveaux, 3 000 profanes en manque de spiritualité, 3000 Apprentis en quête d'une raison de vivre et d'espérer.

Dès lors le Maçon, qui est du monde et vit dans le monde, ..................................

Mais le travail d'un Maçon ne s'arrête jamais et un beau jour. Il est dans l'ordre des choses que ce qu'on cherche vraiment on le trouve..................

Et c'est la responsabilité et la vocation des Francs-maçons que d'être ceux, dans le monde moderne, qui impulsent l'effort qui conduit sur les chemins de la Vérité.

Et les femmes ?

La Maçonnerie de Tradition n'admet pas les femmes. Il est cependant intéressant de rappeler ce singulier mais charmant épisode d'histoire maçonnique :

Nous sommes en 1711 en Irlande. Monsieur de Saint-Léger est Vénérable de sa Loge à Cork. Les tenues se tiennent à son domicile. Et là, horrible incident, nos Maçons s'aperçoivent que la fille de la maison, mademoiselle de Saint Léger, astucieusement cachée dans les tentures, vient d'assister à la Tenue dans son intégralité.

Scandale, émoi, tumulte. Que faire de la coupable ?Faut-il l'arroser comme c'est l'habitude ? Envers une femme, ce n'est guère convenable. Faut-il la supprimer ? Faire couler le sang dans une Loge, quel mauvais goût


Une solution définitive et immédiate s'offre : elle est initiée sur le champ. Et cette initiation à la hussarde réussit à mademoiselle de Saint Léger puisque, devenue madame Aldworth, elle deviendra, mais oui. Vénérable de la Loge.

Il s'agit là d'un extrait de la très sérieuse et très vénérable revue Ars quatuor coronatorum de 1895 de la Loge de recherche anglaise "Quatuor Coronati" et l'on trouve même un portrait de notre héroïne, en tablier et à l'ordre, dans la Mackey's Encyclopedia. 2' volume.

Alors pourquoi évoquer cette charmante histoire ? Pour poser une question à laquelle on ne peut pas échapper. Aujourd'hui quels que soient le pays, la civilisation, la tradition, qu'on le veuille ou non, la femme a pris dans la société une place égale à celle de l'homme.La manière d'aborder les problèmes par le sexe dit faible est souvent considéré différente de celle dont l'abordent les hommes et donc est parfaitement complémentaire et enrichissante.

 Pourrons-nous longtemps ignorer ce fait planétaire ?

À l'heure où se généralise l'accession de la femme aux plus hautes destinées des États, aux postes de responsabilités les plus élevés de l'économie, il nous faut réfléchir à l'ouverture de la voie initiatique de tradition aux femmes. Car, la Tradition n'est pas ce qui est passé, ce qui est mort ou poussiéreux • mais ce qui est vivant. Mais ce qui évolue.

 

  Bertrand H...........D

Loge Nationale de Recherche "Villard de Honnecourt"
Grande Loge Nationale Française

 

 

          

 

LE MONDE du 16/02/2002 Avant même le lancement du chantier de Vulcania, les statuts d'une mystérieuse société anonyme " Volcania" étaient déposés, le 3 décembre 1996. Regroupant deux cent soixante-quatre hommes (et pas une femme) se répartissant les 1 300 actions d'un capital de 19 000 euros, cette société anonyme affichait un objet social très ouvert :"réalisation de toutes opérations commerciales, industrielles, artisanales, financières, mobilières ou immobilières...". Les principaux administrateurs de la SA Volcania appartiennent à la Grande Loge nationale française (GLNF). Selon les dires de plusieurs d'entre eux, la SA avait été créée "pour réaliser un temple maçonnique à Romagnat", dans la banlieue de Clermont. Ce temple a bien été construit mais Volcania perdure.

Les quatre principaux porteurs de parts sont Jean-Paul Martin, PDG de sociétés immobilières et ancien conseiller régional (RPR), la SA La Truelle, implantée dans le Var et dont le PDG, Jean-Charles F….r, est depuis peu le grand maître national de la GLNF, Z…..r Michel F…..l, un homme d'affaires libanais dont les quarante-cinq sociétés rayonnent sur l'Afrique,

 

 

Commenter cet article