Qui detient l'autorité à la GLNF?

Publié le par Rabelais

Mercredi 6 juillet 2011306/07/Juil/201112:19
Maître Monique LEGRAND

Administrateur Judiciaire 13 Boulevard des Invalides

Objet :

  • Qui détient l’autorité à la GLNF? Lettre ouverte

Madame l’Administrateur,

Je vous prie de trouver ci-joint copie d’une Ordonnance de la GLNF. Vous êtes par mandat ad’hoc missionnée pour organiser son AG, et pour la représenter en Justice. Ce, en l’absence de toute autre autorité depuis la démission du Président et du Conseil d’Administration le 21 janvier 2011.

Il est donc surprenant que dans ce contexte, une mesure d’exclusion, puisse être prise au nom de la GLNF par des signataires autres que vous et sans délégation de votre part.

Cette mesure n’est pas isolée : des anciens Grands Maîtres Provinciaux dont le mandat, conformément à nos statuts, a pris fin le 21 janvier 2011 en même temps que le mandat de celui qui les a nommés, occupent comme si de rien n’était les locaux de la GLNF, à Toulouse comme à Paris et ailleurs, prennent en son nom des décisions, et signent des documents, sans qualité pour le faire.

Dans les circonstances actuelles j’estime qu’aucune disposition qui touche les membres de l’association, autre que celles relevant de la gestion des affaires courantes, ne peut être prise, par qui que ce soit, sauf avec votre accord, et si la décision à prendre entre dans le cadre de votre mandat.

Sauf erreur de ma part, les dispositions prises dans les conditions évoquées ci-dessus relèvent dès lors de l’usurpation de titres et de qualités de la GLNF que vous êtes seule en mesure de représenter et de défendre.

Il est d’autant plus important de remédier à cette situation insolite, et d’empêcher ces initiatives d’anciens officiers, que les membres touchés par ces mesures, mal informés ou intimidés, s’y soumettent et se retirent en espérant réparation de l’Histoire.

Ces initiatives sont ainsi de nature à compromettre le bon déroulement de l’AG en faussant la représentativité du collège électoral dont elles éliminent les opposants qui dénoncent l’ancienne gouvernance.

Egalement, la convocation de cette AG devait intervenir sans délai à l’issue du jugement du 7 décembre 2010 et de la décision exécutoire des Juges. Pour diverses raisons, que notre propos n’est pas ici de rechercher, cinq mois ont passé sans que cette AG soit convoquée, ni même qu’une date soit arrêtée.

Or, grâce à cet important délai dont ils disposent, les anciens titulaires des postes aujourd’hui usurpés, poursuivant donc leur activité contre toute logique, ont tout loisir d’éliminer de nombreux membres de notre association qui ont manifesté leur opposition à leur gouvernance.

Ainsi, une autre ordonnance est-elle annoncée ce jour à Toulouse, portant la radiation pure et simple de 4 nouveaux membres. De nombreuses autres l’ont précédée.

Encouragés par votre silence, les signataires à Paris comme en province, vont et viennent, édictent, décrètent, poursuivent, signent, organisent des « conseils disciplinaires », suspendent ou radient des membres, nomment des grands électeurs, et d’une manière générale agissent comme si vous n’existiez pas.

Sauf quand ils font état de votre approbation !

Pour ce qui me concerne, je m’interroge sur l’étonnante possibilité qu’une autorité démissionnaire puisse être encore en place, physiquement, cinq mois après sa démission, et qu’elle puisse continuer, comme si de rien n’était, à exercer l’autorité dont elle a démissionné, persistant en l’occurrence à utiliser illégitimement, et en toute impunité, l’identité de la Grande Loge Nationale Française.

Si ces dispositions sont illégitimes et donc sans portée, il nous paraît indispensable que cela soit dit et dénoncé. Dans un tel cas, vous êtes par mandat de Justice, la seule autorité à pouvoir le faire auprès de ceux qui prennent de telles dispositions, et à en informer l’ensemble de nos membres pour rassurer ceux qui les subissent.

Je vous serais reconnaissant de bien vouloir agir dans ce sens, si bien sûr vous estimez comme moi qu’il y a là une anomalie de fonctionnement.

A défaut, les dispositions de l’ancienne gouvernance, qui met à profit le temps gagné en procédures diverses pour modifier le collège électoral en éliminant ses opposants, entacheront de déloyauté le résultat de la consultation à venir.

Dans l’attente d’une réponse, je vous prie, Madame l’Administrateur, d’agréer l’assurance de ma parfaite considération.

Pierre LANJUIN

GLNF 17375

Radié

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article