« Rien ne peut m’être reproché »

Publié le par Rabelais

Étonnante interview accordée aujourd’hui par le Grand maître de la Grande Loge nationale française au quotidien Nice-Matin. En la lisant, j’y apprend au moins trois petites choses.

1. François Stifani juge que les Vénérables et les Premiers surveillants ne représentent pas les 43 000 frères. Ces derniers les élisent pour quoi faire alors si ce n’est pas pour les représenter ?

2. « Rien ne peut m’être reproché« , affirme François Stifani. Est-ce à dire qu’à la GLNF, le droit à la critique n’existe pas ? La contestation n’est pour lui que « miasmes« , autrement dit une « émanation dangereuse de matières putrides dégageant une odeur désagréable » [Larousse 2005].

3. La lettre signée François Stifani de soutien à Nicolas Sarkozy (révélée par L’Express) serait un faux. Sauf qu’il n’a pas nié qu’elle été rédigée par l’un de ses proches collaborateurs. Réalisée au siège de la GLNF. Et bien reçue à l’Elysée. Et enfin que c’est bien à cette lettre de soutien très appuyée que le Président de la République a répondu. François Stifani n’a d’ailleurs jamais répondu aux questions précises que je lui ai posées par écrit à ce sujet. La plainte contre X n’est-elle pas qu’un écran de fumée ? Sera-t-elle suivie d’une constitution de partie civile et d’une consignation ? Donc d’une enquête judiciaire ?

Commenter cet article