Stifani n’est pas président de la GLNF, confirme la justice

Publié le par Rabelais

  Blog LUMIERE de l'EXPRESS


le 26 janvier 2012 19H35 | par François Koch

 

 

Dans une ordonnance de référé du TGI de Paris datée 26 janvier 2012, Patrice Kurz abonde dans le sens des opposants au Grand Maître François Stifani en écrivant que sa démission en tant que président intervenue le 21 janvier 2011 présente un caractère définitif.
Pourtant, la Gouvernance GLNF n’a pas hésité à communiquer que le Conseil d’administration s’est réuni le 17 janvier 2012 et que François Stifani est redevenu Président. Cette même gouvernance vient aussi aujourd’hui de crier victoire en affirmant avoir gagné la procédure de référé. C’est exact en apparence puisque les opposants ont échoué dans leur demande principale : la révocation de Me Legrand. Patrice Kurz, qui a nommé et confirmé deux fois Me Legrand, juge donc, sans surprise, qu’elle n’a pas démérité. Selon moi, les opposants n’ont engagé cette procédure que pour que la question soit soumise à la Cour d’appel, par nature plus indépendante de la décision de nomination de Me Legrand. Y aura-t-il appel ?
Stifani, Cano, Baloup et Latreille se prennent les pieds dans le tapis ?
Seulement, voilà, la gouvernance GLNF a voulu que les quatre membres auto-proclamés du Conseil d’administration, avec leurs fonctions, interviennent volontairement dans la procédure. Et le juge Kurz ne s’est pas contenté de dire qu’il recevait leur intervention comme simple membre. Il a longuement expliqué que MM. Stifani, Cano, Baloup et Latreille ne sont pas membres du Conseil d’administration. Puisque, notamment, les fonctions du Conseil d’administration sont remplies par Me Legrand. Il ajoute, avec malice, que le nouveau Président devra être ratifié par l’AG future (le 4 février ou ultérieurement). J’observe au passage qu’il n’exige plus que la Cour d’appel se prononce au fond avant que Me Legrand n’organise une AG

 

 

.
Monaco suspend ses relations avec la GL N F
le 25 janvier 2012 21 H58 | par
François Koch      Par la voix de
son Grand Maître Jean-Pierre Pastor, consul de Monaco à Cuba, la Grande Loge Nationale Régulière de la Principauté de Monaco (GLNRPM) vient aujourd’hui de suspendre ses relations avec la G LN F. Cela a été officialisé dans un courrier daté 25 janvier 2012 et adressé à François Stifani, le Grand Maître de la GLNF.
La GLNRPM n’est certes qu’une petite obédience (200 frères), mais elle jouit d’une position stratégique comme première et unique obédience de la Principauté de Monaco. Sa consécration a eu lieu le 19 février 2011 par un collège de « grands officiers installateurs », des dignitaires de la Grande Loge unie d’Angleterre (GLUA), des Grandes Loges unies d’Allemagne et de la GLNF. En raison d’un véto de la GLUA, la maison
 
mère internationale de la maçonnerie régulière, François Stifani n’a pas pu assister à la cérémonie, contraint de se faire représenter par son prédécesseur Jean-Charles Foellner.
François Stifani avait subi un autre camouflet. Le 3 mars 2009, le haut dignitaire français avait écrit à son altesse sérénissime Albert II de Monaco : « Je me permets de vous faire la proposition d’occuper la fonction de Grand Maître de la future Grande Loge Régulière de la Principauté de Monaco. Nous aménagerons les conditions d’une initiation secr~te où ne seraient présents que des officiers de votre choix et des hauts dignitaires de mon obédience dignes de confiance ». Rien n’y fit, car la réponse fut évidemment négative. L’Express avait raconté cette histoire il y a deux ans.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article